L'accord de libre-échange Canada-Israël

CJPMO est ravie de publier sa série en 13 parties analysant les positions des partis politiques canadiens. CJPMO espère qu'en révélant ce que chaque parti a dit et fait sur les enjeux clés du Moyen-Orient, les Canadiens seront mieux informés pour voter dans les prochaines élections. Notre prochaine analyse étudie la position de tous les partis sur l'Accord de libre échange Canada-Israël.

 

 

 

 

Voir l'analyse en format PDF (en anglais seulement)

CANADA-ISRAEL FREE TRADE AGREEMENT
L'ACCORD DE LIBRE-ÉCHANGE CANADA-ISRAËL

Assessment / Évaluation

Conservative Party of Canada
Parti conservateur du Canada

F

New Democratic Party
Nouveau Parti démocratique

A-

Liberal Party of Canada
Parti libéral du Canada

F

Bloc Québécois

B

Green Party of Canada
Parti Vert du Canada

C

 

Sommaire

Malgré les violations aux droits de la personne commises par Israël contre les Palestiniens, en 2019 le gouvernement libéral a adopté un Accord de libre-échange Canada-Israël (ALECI) « modernisé ». L'accord actualisé ne contient pas de disposition relative aux droits de la personne et inclut les produits issus des colonies israéliennes illégales (appelées "implantations") en Cisjordanie.
Le NPD pour sa part a reçu une note élevée pour ses positions sur l’ALECI, étant donné les efforts consistants des députés du NPD pour s’exprimer contre l’inclusion par l’ALECI des produits issus des colonies israéliennes.
De la même manière, bien que le BQ ait voté pour adopter l’ALECI, il s’est opposé à la reconnaissance par le Canada des colonies israéliennes comme faisant partie d’Israël.
Bien que la politique du Parti vert oblige officiellement le Canada à renforcer l’ALECI pour le rendre conforme au droit international, les Verts n'ont pas mis en avant cette politique durant les débats de l'ALECI. C’est leur silence qui leur a valu un « C » dans cette évaluation. Enfin, les conservateurs et les libéraux ont reçu des notes d’échec, non seulement parce qu’ils n’ont pas mentionné les lacunes de l’ALECI, mais aussi parce qu’ils se sont opposés à tous les efforts visant à rendre l’ALECI conforme au droit international. Cela a explicitement sapé la résolution 2334 (2016) du Conseil de sécurité des Nations unies, qui demande aux États de faire la distinction entre Israël et les colonies israéliennes dans leurs rapports avec Israël.

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.