Le Parti vert vote pour des sanctions économiques contre Israël

green2.pngMontréal, le 5 décembre 2016 Au cours de la fin de semaine, lors d’une Assemblée générale extraordinaire du Parti vert (AGE), les verts ont voté à 84% en faveur de sanctions économiques à l’encontre d’Israël pour ses violations aux droits des Palestiniens. « C’est une décision historique pour la politique canadienne, » déclare Thomas Woodley, président de Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient. « Ce vote reflète la colère des Canadiens envers l’échec de l’Occident à apporter la paix en Israël-Palestine, et un désir de voir une fin aux abus des droits de la personne commis par Israël. » Alors que la nouvelle résolution ne cite pas spécifiquement le mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS), ses préceptes s’alignent parfaitement avec ceux du mouvement BDS, incluant l’appel au boycott, au désinvestissement et aux sanctions. 

Entre autres, la résolution des Verts demandent une opposition non-violente à l’occupation militaire d’Israël et à son oppression des Palestiniens, incluant « des mesures économiques comme des sanctions gouvernementales, le boycott des consommateurs, le désinvestissement institutionnel, les sanctions économiques et l’embargo sur les armes. » Cette résolution exige également d’Israël qu’elle respecte l’objectif de la résolution 194 de l’ONU concernant les droits et la compensation des réfugiés palestiniens qui ont perdu leur maison en 1948 et dans les années subséquentes suite à la politique d’Israël. De plus, tout comme le mouvement BDS, la résolution demande l’égalité des droits politiques et civils pour les citoyens palestiniens d’Israël.

Dans une certaine mesure, l’AGE de cette fin de semaine était le résultat d’une résolution BDS qui a été approuvée lors de l’assemblée générale du Parti vert (PVC) en août. La cheffe du parti, Elizabeth May, a exprimé son inconfort avec la résolution BDS du mois d’août, et l’assemblée de ce week-end a été vue par plusieurs comme une tentative pour May de se distancer et de distancer le parti du mouvement BDS. En effet, la résolution adoptée dimanche a été considérée par plusieurs Verts comme une « résolution de compromis » : Une résolution demandant tout ce que le mouvement BDS demande, mais sans mentionner spécifiquement le BDS. Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) cherche à exercer des pressions économiques sur le gouvernement d’Israël jusqu’à ce que ce dernier respecte les droits des Palestiniens.

CJPMO constate que de nombreux Canadiens ont perdu patience devant les partis canadiens qui proclament soutenir une solution à deux états pour le conflit israélo-palestinien, mais qui ignorent le fait qu’aucune négociation n’est en cours, ou le fait que les Palestiniens souffrent terriblement du statu quo. « C’est une étape importante pour ceux qui cherchent une paix juste en Israël-Palestine, » conclue Woodley. « Il ne sera pas surprenant de voir des résolutions similaires dans d’autres partis canadiens au cours des prochaines années. »

 

À propos de CJPMO - Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculière, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui œuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec CJPMO au 438 380-5410
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient www.cjpmo.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

– 30 –

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.