CJPMO dénonce l’adoption en Ontario d’une motion anti-BDS

martow22.pngMontréal, le 1er décembre 2016 — Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) dénonce l’adoption de la motion ontarienne condamnant le mouvement BDS. Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement et Sanctions) cherche à exercer une pression non-violente sur le gouvernement d’Israël pour que ce dernier remplisse ses obligations en matière de droits de la personne en vertu du droit international. « Cette motion met un frein à la liberté d’expression en Ontario vis-à-vis des violations des droits de la personne d’Israël, » affirme Thomas Woodley, président de CJPMO. « Il est regrettable que l’Ontario cherche à censurer les individus pour leurs idées politiques. »

L’avis de motion numéro 36, introduit par Mme. Martow, député pour Thornhill, suggère que le mouvement BDS promeut « haine, hostilité, préjudice, racisme et intolérance » et qu’il promeut « un traitement différentiel d’Israël. » Malheureusement, de telles déclarations cherchent à  salir et à présenter sous un faux jour le mouvement BDS. « Cela équivaut à accuser un mouvement pour les droits des enfants d’être hostile à l’encontre des adultes, ou à accuser un mouvement pour les droits de la femme d’être intolérant vis-à-vis des hommes, » avance Woodley.

Le mouvement BDS demande 1) la fin de l’occupation militaire de la Cisjordanie par Israël, 2) l’égalité des droits pour les citoyens palestiniens d’Israël, et 3) le droit des réfugiés palestiniens à retourner chez eux et à recevoir une compensation. Le mouvement BDS est non-violent, basé sur les principes du droit international et condamne des actions injustes. Des observateurs neutres voient le mouvement BDS comme un moyen légitime de manifester et d’exercer une pression dans une démocratie, sans être ni « anti-Israël » ni antisémite. Ce mouvement est une réponse à l’appel spécifique de la société civile palestinienne en 2005. CJPMO fait aussi remarquer que les objectifs du mouvement BDS s’alignent avec la politique étrangère officielle du Canada sur le conflit israélo-palestinien.

Le Canada sanctionne présentement 21 différents pays pour des abus aux droits civiques et aux droits de la personne: le mouvement BDS n’est pas différent. « Comme plusieurs citoyens en Ontario, je suis choqué et énervé par la volonté des députés à miner notre droit à la liberté d’expression. Même si nous sommes incertains de l’efficacité du BDS, les politiciens consciencieux devraient défendre le droit des Canadiens à  exprimer leur opinion, » conclue Woodley. CJPMO s’attend à développer sa campagne de blocs-notes adhésifs «Boycottez Israël » en réponse directe à la motion mal-conçue et aux menaces de l’Assemblée législative de l’Ontario.

 

À propos de CJPMO - Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculière, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui œuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez communiquer avec CJPMO au 438 380-5410
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient www.cjpmo.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

– 30 –

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.