Nommer le racisme anti-palestinien : CJPMO salue un rapport révolutionnaire

Montréal, 18 mai 2022 Les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) accueillent favorablement un nouveau rapport innovateur sur le racisme anti-palestinien qui a été publié ce mois-ci par l'Arab-Canadian Lawyers Association (ACLA). Basé sur une vaste consultation communautaire, le rapport de l'ACLA fournit, pour la première fois, une description pratique du racisme anti-palestinien qui peut être utilisée comme point de départ pour identifier et contester ses manifestations dans la société canadienne. Le rapport décrit le racisme anti-palestinien comme une forme « distincte » de racisme qui touche les Palestiniens et les non-Palestiniens et qui « vise à censurer et à effacer les Palestiniens et leurs récits de la sphère publique ».

« Pendant de nombreuses années, nous avons été témoins de la diffamation, de la censure et de l'effacement des récits palestiniens, et il est important d'identifier ce phénomène comme étant du racisme, » a déclaré Thomas Woodley, président de CJPMO. CJPMO croit que ce rapport permettra aux Palestiniens et à leurs partisans de nommer et de contester plus facilement les formes de racisme qu'ils rencontrent sur une base régulière.

Le rapport de l'ACLA fournit la description suivante du racisme anti-palestinien:

Le racisme anti-palestinien est une forme de racisme anti-arabe qui réduit au silence, exclut, efface, stéréotype, diffame ou déshumanise les Palestiniens ou leurs récits. Le racisme anti-palestinien prend diverses formes, notamment:

  • nier la Nakba et justifier la violence contre les Palestiniens;
  • ne pas reconnaître les Palestiniens comme un peuple autochtone ayant une identité, une appartenance et des droits collectifs en relation avec la Palestine occupée et historique;
  • l'effacement des droits de l'homme et de l'égalité de dignité et de valeur des Palestiniens;
  • exclure ou faire pression sur d'autres pour exclure les perspectives palestiniennes, les Palestiniens et leurs alliés;
  • diffamer les Palestiniens et leurs alliés par des calomnies telles que le fait d'être foncièrement antisémite, une menace terroriste/un sympathisant ou opposé aux valeurs démocratiques.

Il existe de nombreux exemples de censure anti-palestinienne que CJPMO a suivis au cours de la dernière année seulement, et qui devraient être documentés comme du racisme ; par exemple : des journalistes ont été réprimandés par la CBC pour avoir signé une lettre ouverte appelant à de meilleures normes de reportage sur la Palestine ; un livre pour enfants a été banni d'Indigo Books pour avoir inclus une carte indiquant « Palestine » plutôt qu'« Israël » ; Postmedia s'est excusé auprès d'un groupe de pression pro-israélien pour avoir diffusé une publicité pour Amnesty International mettant en scène un journaliste palestinien de 15 ans ; et un article présentant les perspectives palestiniennes locales a été censuré par un journal étudiant de Saskatoon.

CJPMO note que l'ACLA a simultanément lancé un nouvel outil permettant aux individus de signaler tout incident de racisme anti-arabe ou anti-palestinien dont ils sont victimes ou témoins. CJPMO encourage les Canadiens à utiliser cet outil pour signaler le racisme anti-palestinien s'ils en sont témoins à l'école, au travail, dans les médias ou ailleurs.

À propos de CJPME – Les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPME) est une organisation laïque et à but non lucratif regroupant des hommes et des femmes de tous horizons qui souhaitent voir la justice et la paix reprendre racine au Moyen-Orient. Sa mission est de permettre aux décideurs de considérer toutes les parties avec équité et de promouvoir le développement équitable et durable de la région.

Pour plus d'information, veuillez contacter : Michael Bueckert, VP CJPME : 613-315-7947 ou [email protected]

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient www.cjpme.org

L'ensemble ou des parties de ce communiqué de presse peuvent être reproduits sans autorisation.