Sondage : Concernant la CPI, les Canadiens rejettent le double standard pour Israël

survey.pngMontréal, le 16 septembre 2020 – Malgré une controverse croissante sur une possible enquête de la CPI sur Israël, les résultats récemment publiés d’une enquête menée par les Associés de recherche EKOS montrent que les Canadiens ne veulent pas qu’Israël soit traité différemment des autres pays lorsqu’il s’agit des conséquences de crimes de guerre ou de violations des droits de la personne présumés. Le sondage a montré que les Canadiens soutiennent une enquête de la Cour pénale internationale (CPI) sur tout pays accusé de crimes de guerre, y compris Israël, et qu’ils ne veulent pas que le Canada ferme les yeux sur les violations des droits de la personne d’Israël. Le sondage a également montré que les Canadiens ne sont pas favorables à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale exclusive d’Israël.

Le sondage a été coparrainé par les Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO), Voix juives indépendantes Canada (VJI), et le Réseau uni pour la justice et la paix en Palestine et en Israël (UNJPPI). Tous les résultats du sondage, les graphiques, et le rapport intitulé « Pas de doubles standards : Les Canadiens s’attendent à plus d’impartialité concernant Israël » peuvent être consultés sur www.cjpme.org/survey2020 ou www.ijvcanada.org/survey2020

Les résultats montrent qu’une grande majorité des Canadiens veulent que la CPI enquête sur les crimes de guerre où qu’ils se produisent, y compris ceux commis par Israël. 84% des Canadiens seraient favorables à une enquête sur les responsables israéliens. De plus, seulement un tiers des Canadiens pensent que le Canada devrait envisager d’intervenir s’il s’oppose à une enquête.

« Les Canadiens soutiennent une CPI impartiale, et s’opposent à l’idée que le Canada devrait intervenir si une enquête le dérange », a déclaré Thomas Woodley, président de CJPMO. Au début de cette année, le Canada a surpris de nombreuses personnes lorsqu’il a tenté de dissuader une éventuelle enquête de la CPI sur les crimes de guerre présumés commis par des responsables israéliens et palestiniens. « Évidemment, les Canadiens ne pensent pas qu’Israël, ou n’importe quel autre gouvernement, devrait être soustrait à toute responsabilité concernant ses actions », a rajouté Woodley.

Q08A_-_FR.PNGLes résultats du sondage montrent également que la plupart des Canadiens ne veulent pas que leur gouvernement ignore les violations des droits de la personne dans un pays, y compris en Israël, quelles que soient les circonstances. Par exemple, 86% des Canadiens sont en désaccord avec l’idée que le Canada devrait ignorer les violations des droits de la personne commises par Israël simplement parce qu’il s’agit d’un allié.

« Cela démontre que la tendance du Canada à appliquer deux poids deux mesures lorsqu’il s’agit d’Israël n’est pas très populaire auprès des Canadiens », a affirmé le coordinateur national de VJI, Corey Balsam. « Bien que des gouvernements successifs ont eu tendance à taire leurs critiques à l’égard d’Israël, les Canadiens estiment que les violations commises par Israël devraient être traitées aussi sérieusement que celles de tout autre pays. ».

Les résultats du sondage ont également montré que quatre Canadiens sur cinq (82%) veulent que le Canada maintienne sa politique actuelle sur Jérusalem, et continuent de demander à ce que la ville soit partagée, plutôt que de reconnaitre Jérusalem comme étant exclusivement la capitale d’Israël. Même parmi les partisans du Parti conservateur, une petite majorité désire maintenir la politique actuelle du Canada concernant Jérusalem (54%). Malgré cela, le nouveau chef conservateur Erin O’Toole s’est engagé à déplacer l’ambassade canadienne à Jérusalem : un geste qui romprait avec la politique canadienne de longue date et qui risquerait d’enflammer davantage les tensions dans la région.

« Lorsqu’il s’agit de Jérusalem, les Canadiens ne veulent pas que leur gouvernement copie la politique étrangère déséquilibrée de Donald Trump », a déclaré George Bartlett, président de l’UNJPPI. « C’est encourageant de voir que même la majorité des partisans du parti conservateur ne sont pas d’accord avec la promesse du nouveau chef du parti de déplacer l’ambassade canadienne à Jérusalem. ».

Q05_-_FR.PNGLe sondage a été mené par les Associés de recherche EKOS entre le 5 et le 10 juin 2020, avec un échantillon aléatoire de 1009 adultes canadiens âgés de 18 ans et plus. La marge d’erreur associée avec l’échantillon est de plus ou moins 3,0 points de pourcentage, 19 fois sur 20.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter :

Michael Bueckert, VP CJPMO: 613-315-7947 ou michael.bueckert@cjpme.org.

Corey Balsam, coordinateur national VJI: (514) 437-2940 ou corey@ijvcanada.org

Ken McEvoy, trésorier, UNJPPI, 905 352-2099 ou unjppi@bathurstunited.ca

 

À propos de CJPMO – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculaire, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui oeuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient www.cjpme.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

–– 30 ––

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.