Après le rapport de l'ONU, le Canada doit annuler ses ventes d'armes à l'Arabie saoudite

Untitled_design_(12).png

Montréal, le 10 septembre – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) réitèrent leur appel pour l’annulation des ventes d’armes du Canada à l’Arabie saoudite. Cette demande renouvelée fait suite à un récent rapport des Nations unies qui souligne le rôle des transferts d’armes canadiens vers l’Arabie saoudite dans la perpétuation de sa guerre dévastatrice contre le Yémen. Selon un groupe d’experts des Nations unies, les transferts d’armes du Canada vers l’Arabie saoudite « contribuent à perpétuer le conflit » au Yémen, qui a été caractérisé par des « attaques disproportionnées » pouvant constituer des crimes de guerre. Le rapport incluait un appel à tous les États pour qu’ils « arrêtent de transférer des armes aux parties du conflit ».

« Le gouvernement canadien a une responsabilité de respecter le rapport de l’ONU et de prendre des décisions pour annuler ses ventes d’armes contraires à l’éthique à l’Arabie saoudite », a déclaré Thomas Woodley, président de CJPMO. « Après avoir été désigné par les enquêteurs des Nations unies comme un contributeur à d’éventuels crimes de guerre, le Canada ne peut plus prétendre que ses exportations d’armes ne comportent aucun risque de violation des droits de la personne ou du droit international ». CJPMO souligne que,  pour respecter ses obligations en vertu du Traité international sur le commerce des armes, le Canada devrait annuler sa vente pluriannuelle de véhicules blindés légers (VBL) aux Saoudiens.

Le Canada a été ajouté au rapport de l’ONU de cette année en raison d’une « augmentation des ventes d’armes par le Canada à l’Arabie saoudite en 2019 ». Malgré un moratoire officiel, le Canada a doublé ses ventes d’armes à l’Arabie saoudite en 2019, en vendant pour près de 3 milliards de dollars d’équipements d’armement, dont des véhicules blindés légers (VBL), des systèmes d'artillerie et des mitrailleuses lourdes. En avril 2020, le Canada a levé son moratoire et renégocié son contrat de 14 milliards de dollars de vente de VBL à l’Arabie saoudite.

L'impact dévastateur de la guerre menée par les Saoudiens sur le Yémen est évident depuis des années. Selon le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), entre mars 2015 et novembre 2018, il y a eu 17 640 victimes civiles au Yémen, la majorité causées par la coalition dirigée par les Saoudiens. Le Yémen fait présentement face à la crise humanitaire la plus grave au monde, avec plus de 3,5 millions de personnes déplacées à l'intérieur du pays, 24 millions de personnes dépendantes de l'aide alimentaire et 10 millions de personnes confrontées à la famine.

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.