CJPMO condamne le nouveau projet de loi québécois sur la « laïcité »

pr20190328.pngMontréal, le 28 mars 2019Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) condamnent fortement le nouveau projet de loi sur la laïcité du gouvernement québécois, le projet de loi 21, qui est discriminatoire et inconstitutionnel.  Intitulé « Loi respectant la laïcité de l’État », le projet de loi stipule que les employés de la fonction publique en situation d’autorité, y compris les juges, les procureurs, les policiers, les gardiens de prisons, les agents de sécurité des tribunaux, les agents de la paix, les directeurs d’école et les enseignants des écoles primaires et secondaires, ne seront pas autorisés à porter des signes de religieux au travail. CJPMO, une organisation laïque, s’oppose au projet de loi qui constitue une violation des droits des Canadiens originaires du Moyen-Orient, en plus particulier des musulmans canadiens. La Charte canadienne des droits et libertés empêche le gouvernement de passer des lois pour empêcher ou interdire les Canadiens de pratiquer leur religion.

CJPMO souligne que le timing du projet de loi est très suspect, étant donné que l’islamophobie est en hausse dans tout le pays, et en particulier au Québec. CJPMO et le Forum musulman canadien (FMC) ont commandé et publié une enquête sur l’islamophobie en 2018 qui a confirmé l’existence d’attitudes islamophobes au Canada, en particulier au Québec. « Nous sommes très déçus de voir que la CAQ a choisi de faire avancer ce projet de loi. », déclare Thomas Woodley, président de CJPMO. « Les communautés religieuses de Québec vivent de manière active et harmonieuse dans la société depuis des années. Ce projet de loi semble donc expressément destiné à cibler les Canadiens musulmans, en particulier ceux portant le hijab. » CJPMO demande au gouvernement de retirer le projet de loi et d’arrêter sa campagne pour discriminer la minorité musulmane canadienne de la province.

Soutenant l'opposition de CJPMO au projet de loi, des experts juridiques qui ont examiné le projet de loi affirment que toute loi en résultant ne résisterait pas à une contestation judiciaire. S’attendant à cela, le gouvernement Legault a déclaré qu’il invoquerait la clause de dérogation pour empêcher une contestation judiciaire. « L’annonce de Legault concernant l’utilisation de la clause de dérogation est essentiellement une triste admission que le gouvernement du Québec sait que sa loi est inconstitutionnelle », affirme Woodley.

CJPMO se joint à de nombreuses organisations opposées à ce nouveau projet de loi. La Commission scolaire English-Montréal s’oppose au projet de loi parce qu’elle croit qu’il est au contraire aux valeurs enseignées à ses enfants. Un syndicat des enseignants québécois a également déclaré qu’il contesterait la loi devant les tribunaux. Cela fait des années que CJPMO lutte pour que les droits des musulmans canadiens soient respectés par la société canadienne. Suite à l’attentat terrible du 29 janvier 2017 sur la mosquée de Québec, CJPMO – en collaboration avec le FMC – a lancé une campagne demandant à ce que le 29 janvier soit désigné comme une Journée nationale de commémoration et d’action contre l’islamophobie et toute autre forme de discrimination religieuse. À ce jour, la campagne a rassemblé plus de 7000 partisans.

À propos de CJPMO – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculaire, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui oeuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Miranda Gallo, 438-380-5410.

Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient

www.cjpme.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

–– 30 ––

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.