CJPMO rejette les commentaires de Legault sur l'islamophobie

legault.pngMontréal, le 4 février 2019 — Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) rejettent les remarques faites par le premier ministre du Québec, François Legault, la semaine dernière, dans lesquelles il  nie l’existence de l’islamophobie au Québec. Jeudi dernier, en réponse aux questions des journalistes sur la désignation du 29 janvier comme une journée nationale contre l’islamophobie au Québec, Legault a déclaré : « Je ne pense pas qu’il y ait de l’islamophobie au Québec, je ne vois donc pas pourquoi il y aura une journée [qui y soit] consacrée. » CJPMO souligne qu’il n’y a aucun fondement empirique aux commentaires de Legault et demande au gouvernement de Legault de prendre des mesures concrètes pour combattre le problème grandissant de l’islamophobie dans la province.

Après avoir essuyé des critiques suite à ses propos, le vendredi, Legault a nuancé sa position en déclarant que la discrimination à l’encontre des musulmans existait au Québec, mais qu’elle n’était pas répandue. Contrairement à sa déclaration, CJPMO fait remarquer que plusieurs nouvelles enquêtes sur le racisme au Canada démontrent qu’il y a un problème particulièrement grave d’islamophobie au Québec. En novembre dernier, Statistiques Canada a révélé que parmi tous les groupes religieux au Canada, les crimes haineux à l’encontre des musulmans connaissaient la plus grande augmentation. En effet, Stat Can a enregistré qu’entre 2016 et 2017, les crimes à l’encontre des musulmans au Québec avait triplé, passant de 41 en 2016 à 117 en 2017. Le président de CJPMO, Thomas Woodley, a répondu aux commentaires de Legault en déclarant que, « Si M. Legault veut savoir si l’islamophobie existe au Québec, il n’a qu’à demander à ses concitoyens musulmans qui sont confrontés à l’islamophobie dans tous les aspects de leur vie – en particulier lorsqu’il s’agit de trouver un emploi. »

CJPMO souligne que les commentaires de Legault niant l’existence de l’islamophobie au Québec sont survenus deux jours seulement après le deuxième anniversaire de l’attentat de la mosquée de Québec, au cours duquel six musulmans ont été tragiquement tués, et 19 autres blessés. C’était la première fois dans l’histoire du Canada qu’un groupe religieux spécifique était ciblé par un tireur sur son lieu de culte. Le président de CJPMO, Thomas Woodley, continue : « Les commentaires de Legault ne pourraient plus être plus inappropriés et indélicats, ils témoignent d’un manque de respect pour les victimes et leurs familles et démontre que le gouvernement provinciale est déconnecté des réalités de l’islamophobie au Québec. ».

CJPMO note que, malgré le défi permanent que pose l’islamophobie au Canada, il existe un large soutien populaire pour la désignation d’une journée nationale contre l’islamophobie. En effet, en octobre 2018, CJPMO et le Forum musulman canadien (FMC-CMF) ont lancé la campagne « Je me souviens du 29 janvier » pour demander au gouvernement fédéral de désigner le 29 janvier comme une Journée nationale de commémoration et d’action contre l’islamophobie. Pour l’instant, 140 organisations canadiennes et près de 80 universitaires soutiennent déjà officiellement cette campagne. Ils rejoignent 4500 citoyens canadiens, qui ont ajouté leur voix à la campagne en ligne.

À propos de CJPMO – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculaire, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui oeuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Miranda Gallo, 438-380-5410.

Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient

www.cjpme.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

–– 30 ––

 

 

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.