CJPMO : Ottawa doit mettre fin à la vente d’armes paradoxale aux Saoudiens

arabies2.pngMontréal, le 25 octobre 2018 – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) demande au Canada de mettre fin, une fois pour toute, à son commerce d’armes avec l’Arabie saoudite. Le meurtre impudent du journaliste Jamal Khashoggi par les autorités saoudiennes à Istanbul met en lumière l’attitude effrontée et répressive des dirigeants saoudiens. CJPMO pense que les pratiques autoritaires et oppressives de l’Arabie saoudite ont trop longtemps trahi le soutien présumé du Canada pour les droits de la personne et le droit international. Savoir que le Canada encourt une amende d’un milliard de dollars s’il suspend l’accord sur la vente d’armes est un signe supplémentaire que cette vente paradoxale devrait être annulée.

Face aux atrocités commises en Arabie saoudite, Alex Neve d’Amnistie internationale Canada écrit : « Le Canada et les gouvernements du monde entier sont restés silencieux face aux agissements de l’Arabie saoudite ». Après des années d’opposition publique justifiée à la vente d’armes, le premier ministre Justin Trudeau a finalement déclaré au début de la semaine qu’il pourrait envisager de geler ou d’annuler l’accord. CJPMO demande au gouvernement de prendre cette mesure immédiatement. Sinon maintenant, CJPMO se demande quand est-ce que le gouvernement canadien envisage de sanctionner le gouvernement saoudien pour son comportement illégal avec Khashoggi, pour la guerre au Yémen et pour la manière dont il traite les activistes, les femmes et les minorités entre autres.

Malgré les arguments des gouvernements Harper et Trudeau selon lesquels l’accord de vente d’armes à l’Arabie saoudite serait bon pour l’économie canadienne, un sondage réalisé en novembre 2017, a révélé que 73% des Canadiens s’opposent à cet accord. « Cet accord est moralement et légalement corrompu », affirme Thomas Woodley, président de CJPMO. « Le Canada vendant des armes à l’Arabie saoudite peut s’apparenter à un trafiquant de drogues vendant de la cocaïne à des adolescents. Nous cherchons à faire de l’argent sur la misère et la destruction de la vie des autres. »

CJPMO rappelle au gouvernement que, en vertu de la réglementation canadienne actuelle sur les ventes de matériel à usage militaire, le Canada n’a pas le droit de vendre des armes à des pays où il existe un « risque raisonnable » que de telles armes puissent être utilisées pour commettre des abus aux droits de la personne. Ainsi, la crainte d’une sanction, aussi grosse soit telle, ne peut contraindre le gouvernement canadien à enfreindre ses propres lois. Bien sûr, il est surprenant que le gouvernement canadien s’engage dans un contrat contenant des clauses de pénalité avec l’Arabie saoudite, tout en sachant pertinemment que les Saoudiens risquent de se soustraire aux contrôles à l’exportation du Canada. CJPMO fait remarquer que, avec le projet de loi sur le contrôle des armes C-47 en cours au Parlement, le moment est venu de renforcer les lois canadiennes sur le contrôle des exportations.

 

À propos de CJPMO – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculaire, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui oeuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Miranda Gallo, 438-380-5410.

Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient

www.cjpme.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

–– 30 ––

 

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.