CJPMO salue le fond d'urgence du Canada destiné aux réfugié-e-s palestinien-ne-s

unrwa_pic.pngLe 15 mars 2018 – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) saluent l’annonce faite aujourd’hui par le gouvernement du Canada concernant la hausse du financement accordé à l’UNWRA, agence onusienne d’aide aux réfugié-e-s palestinien-ne-s, à hauteur de 10 millions de dollars. Le Canada l’a annoncé en plein milieu du sommet d’urgence réuni à Rome cette semaine et s’est accompagné d’autres promesses de soutien envers d’autres pays, incluant le Qatar et l’Italie. L’UNRWA traverse une crise de financement exacerbée par la décision prise par l’administration Trump visant la suspension du financement de 65 millions de dollars à l’organisation.

« C’est un argent bien dépensé, qui facilitera l’accès des réfugié-e-s palestinien-ne-s les plus vulnérables à une aide alimentaire et aux services essentiels de santé et d’éducation », a déclaré Thomas Woodley, le président de CJPMO. Le gouvernement Trudeau a relancé le financement de l’UNRWA en 2016, après que le gouvernement Harper a coupé toute aide financière aux Palestinien-ne-s réfugié-e-s. En plus des défis auxquels ces refugié-e-s font face, les années de guerre qui font rage en Syrie et en Irak ont profondément empiré l’état de détresse dans lequel se trouvent les réfugié-e-s palestinien-ne-s dans ces pays.

CJPMO souligne qu’en dépit des attaques qu’elle subit, l’UNRWA occupe toujours un des rangs les plus élevés en tant qu’agence internationale d’aide. Le président de CJPMO, Thomas Woodley, a publié une série d’articles qui dément l’information qui circule au Canada au sujet de l’UNRWA depuis la reprise du financement par le gouvernement canadien en 2017. Les fausses rumeurs à propos des standards d’embauche de l’UNRWA, de la conduite de ses employé-e-s ainsi que du matériel éducationnel distribué sont malveillantes, immorales et ne cherchent qu’à bloquer l’accès aux services de base, tels que l’éducation ou la santé, à l’une des populations les plus vulnérables au monde.

CJPMO a souvent remarqué qu’à cause de leur soutien pour la partition de la Palestine-Israël en 1947, le Canada et les nations occidentales sont tenus responsables aujourd’hui pour les 5 millions de réfugié-e-s palestinien-ne-s dispersé-e-s à travers le Moyen-Orient. Tant que la communauté internationale n’aura pas tranché pour une solution vis-à-vis de ces réfugié-e-s, elle sera responsable de garantir leur sécurité et leur bien être. CJPMO note également que les besoins et les difficultés extrêmes rencontrées par cette population civile de réfugié-e-s sont indépendantes des actions menées par d’autres acteurs et actrices du conflit israélo-palestinien, qu’il s’agisse de l’Autorité palestinienne, du Hamas ou autres.

À propos de CJPMO – Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculaire, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui œuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Miranda Gallo, 438-380-5410.

Canadiens pour la Justice et Paix au Moyen-Orient, www.cjpme.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

–– 30 ––

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.