Fiche-info 182, publiée en novembre 2013: Cette fiche donne un aperçu de l’histoire de la population indigène en Palestine, de l’empire Ottoman à 1947.

La démographie de la Palestine historique

Série Fiche-info N.182, créée: Novembre 2013, Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient
 
Voir la fiche-info en version PDF

182a.jpgExistait-il une population indigène en Palestine avant 1948 ?

Oui. Les deux populations indigènes de la Palestine historique (une majorité arabe et une minorité juive) y ont vécu dans une paix relative pendant des siècles avant la Nakba et la création de l'État d'Israël. Pourtant, si on se fie au récit de l’implantation sioniste, la Palestine apparait vide de toute population, à l’exception peut-être d’une ancestrale communauté juive[1]. Ce mythe a fortement encouragé l’émigration juive vers la Palestine historique. Malheureusement, il a également pavé le chemin à une des plus importantes dépossessions de l’histoire moderne. Les statistiques démographiques de la Palestine avant 1948 permettent de remettre les pendules à l’heure en ce qui concerne cette fausse idée.

 

Quelle était la démographie de la Palestine sous le règne ottoman ?

Des statistiques peu fiables : L’Empire ottoman a régné sur le territoire palestinien de 1517 à 1917. Il est difficile d’estimer la population en “Palestine” ottomane pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il n’y avait pas de district administratif couvrant exactement la Palestine. Ensuite, de nombreux habitants évitaient le recensement turc pour échapper aux taxes, pour contourner la conscription militaire et pour esquiver les questionnements pour résidence illégale. Enfin, les données de recensement n’incluaient ni les Bédouins ni les étrangers. Ainsi, les sujets ottomans, qu’ils soient des soldats, des représentants officiels ou des marchands, n’étaient pas pris en compte dans les recensements.

Selon le recensement de 1871-1872, la population totale de la Palestine (excluant les Bédouins) aurait été de 381 954 habitants[2]. Parmi ceux-ci, environ 85 % étaient musulmans (les Druzes étaient aussi comptés dans cette catégorie par les Ottomans), 11 % étaient Chrétiens et 4 % Juifs[3]. Bien que ces chiffres restent des estimations, ils montrent l’existence d’une population palestinienne et, qui plus est, d’une population dynamique.

Une population dynamique : En effet, de la fin des années 1860 au début des années 1880, la Palestine connut une croissance de la population, pour atteindre une population de 470 000 habitants environ en 1882. Cette hausse concordait avec un plus grand sentiment de sécurité en Palestine (à l’exception de la période de la guerre des Balkans en 1876-1878), une extension de la production agricole, une augmentation conséquente de la valeur des exportations et de meilleures conditions sanitaires et médicales. Du fait de ce développement économique et de la pénétration européenne dans la région, les villes changèrent et des activités de construction à grande échelle prirent place notamment à Jérusalem, Bethléem, Jaffa et Haïfa[4].

Le début de l’immigration juive : L’immigration juive débuta en Palestine vers la fin du XIXe siècle. Les deux premières vagues amenèrent environ 55 000 à 70 000 Juifs entre 1882 et 1914, principalement des Russes qui fuyaient l’antisémitisme[5]. Ces migrations, bien que significatives par rapport à la population totale de la Palestine, ne constituaient qu’une faible portion des mouvements migratoires transocéaniques juifs[6]. À la veille de la Première Guerre mondiale, la communauté juive s’élevait à 80 000 membres, sur une population totale d’environ 738 000 individus[7].

Le mandat britannique : À la fin de la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman fut disloqué et la Palestine placée sous mandat britannique par la Société des Nations. Cela signifie que le territoire était sous la tutelle administrative de la Grande-Bretagne. Le mandat britannique prit fin le 14 mai 1948.

 

 182b.jpg

* Les pourcentages indiquent la proportion de Juifs dans la population totale.

** L’ensemble de la population palestinienne diminue entre 1914 et 1918 en raison de la guerre et de la famine qui la suivit.

Sources : Scholch (1985) pour la population arabe entre 1872 et 1882, McCarthy (2001) pour la population arabe entre 1890 et 1948 et Gresh et Vidal (2011) pour les chiffres sur la population juive.

 

Quelle était la démographie de la Palestine sous le mandat britannique ?

Un changement démographique : Un des faits marquants des premières décennies du XXe siècle est l’augmentation progressive de l’émigration juive en Palestine, légitimée par la Déclaration Balfour de 1917[8]. Cette immigration se fera plus importante en particulier durant les années 1930, avec la victoire du nazisme en Allemagne. Cela entraînera une modification de la composition de population palestinienne, les Juifs y occupant une part de plus en plus grande, comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus.

La population arabe augmenta aussi durant cette période. Cette croissance est attribuée à un taux de naissance élevé et au recrutement britannique de travailleurs étrangers venus de la Syrie et de la région transjordanienne (l’actuelle Jordanie) et attirés par des salaires avantageux.

Si les données des Britanniques sont généralement meilleures que celles recueillies sous l’Empire ottoman, les statistiques sont moins fiables après le recensement de 1931, en raison des troubles civils, puis du manque de moyens investis lors de la Deuxième Guerre mondiale[9].

 

Quels sont les principaux développements démographiques en Palestine depuis 1947 ?

La Nakba et la négation du droit au retour : En 1947-1948, lors de la Nakba, près des deux tiers des Palestiniens fuirent ou furent forcés d’abandonner leur foyer et la moitié des villageois furent dépossédés de leur terre[10]. Peu d’entre eux purent rentrer chez eux après la guerre, même si ce droit au retour, devrait leur être garanti. Ce droit a notamment été reconnu par la résolution 194 de l’Assemblée des Nations Unies, puis réaffirmé dans les résolutions 394, 513 et 3236 de la même assemblée. De plus, selon l’article 13.2 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, « Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays ». Dans certains cas, comme dans la région d’Acre, des vidéos britanniques montrent que le retour a été possible pour une partie de la population[11]. Il existe cependant peu d’information à ce sujet et cela semble constituer l’exception.

182c.jpg 

Source : Institut de recherche sur la coopération méditerranéenne et euro-arabe. Palestiniens. [En ligne]. http://www.medea.be/fr/pays/territoires-palestiniens-occupes-tpo/palestiniens/ (page consultée le 28 mai 2013).

Aujourd’hui, le peuple palestinien compterait environ 10 millions de personnes[12], réparties à travers le monde. Selon les estimations de 2013, 1 763 387 d’entre eux résident dans la bande de Gaza et 2 676 740 en Cisjordanie[13]. Près de 5 millions de Palestiniens seraient réfugiés selon les chiffres de l’UNRWA, dont 1,5 million vivrait dans des camps (en Cisjordanie, à Gaza, en Jordanie, en Syrie et au Liban)[14]. Il est difficile de recenser l’ensemble de la population palestinienne, puisque de nombreux Palestiniens sont établis depuis plusieurs générations maintenant dans des pays étrangers.

 

Estimation de la population palestinienne dans

le monde, par pays de résidence en 2010

Population

Pourcentage

Pays

4 108 631

37,5

Territoires palestiniens

1 360 214

12,4

Israël

4 876 489

44,4

Pays arabes

626 824

5,7

Autres pays

10 972 158

100

Total

Source : Palestinian Central bureau of Statistics. Estimated Number of Palestinians in the World by Country of Residence, End Year 2010. [En ligne]. http://www.pcbs.gov.ps/Portals/_Rainbow/Documents/PalDis-POPUL-2010E.htm (page consultée le 20 juin 2013).

 

Colonies illégales : Depuis 1967, les gouvernements israéliens successifs ont encouragé les juifs israéliens à instaurer des colonies illégales dans les territoires palestiniens occupés. À l’heure actuelle, plus d’un demi-million de colons vivent à Jérusalem-Est et ailleurs en Cisjordanie, modifiant ainsi radicalement la composition démographique.



[1] Raz-Krakotzkin, Amnon. Exil et souveraineté. Judaïsme, sionisme et pensée binationale. Paris : La Fabrique Éditions, 2007, p.112.

[2] Scholch, Alexander. 1985. « The Demographic Development of Palestine, 1850-1882 ». International Journal of Middle East Studies. Vol. 17, no.4 (novembre), p. 485.

[3] Scholch, Alexander. 1985. p. 488.

[4] Scholch, Alexander. 1985 p. 503-504.

[5] Gresh, Alain et Dominique Vidal. Les 100 clés du Proche-Orient. Paris : Fayard, 2011, p.71.

[6] Ibid.

[7] McCarthy, Justin. 2001. Palestine’s Population during the Ottoman and the British Mandate. [En ligne]. http://www.palestineremembered.com/Acre/Palestine-Remembered/Story559.html (page consultée le 24 mai 2013).

[8] Dans une lettre rédigée en 1917, Lord Balfour stipulait l’accord de la Grande-Bretagne à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine, tout en garantissant « que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine ».

[9] McCarthy, Justin. 2001. Ibid.

[10] Hourani, Albert. 1993. Histoire des peuples arabes. Paris : Points, p.475 et 493.

[11] British Pathé. Acre AKA Refugees 1950. [En ligne]. http://www.britishpathe.com/video/acre-aka-arab-refugees (page consultée le 28 mai 2013).

[12] Palestinian Central bureau of Statistics. Estimated Number of Palestinians in the World by Country of Residence, End Year 2010. [En ligne]. http://www.pcbs.gov.ps/Portals/_Rainbow/Documents/PalDis-POPUL-2010E.htm (page consultée le 20 juin 2013).

[13] CIA. « West Bank ». The World Factbook. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/we.html (page consultée le 27 mai 2013) et CIA. « Gaza Strip ». The World Factbook. https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/gz.html (page consultée le 27 mai 2013).

[14] UNRWA. In Figure. As of 1 Jan 2013. [En ligne]. http://www.unrwa.org/userfiles/2013042435340.pdf (page consulté le 20 juin 2013).

Cliquez sur le(s) tag(s) rouge ci-dessous pour voir les articles reliés de CJPMO

Montrer 1 réaction

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.
  • Emmanuel Rz
    commented 2021-06-26 10:38:25 -0400
    Je vous conseil d’inclure un autre livre à votre article qui est « la mortalité en Palestine de 1929 à 1946 » et je pense que vous devriez bien relire le livre de McKarty sur la population arabe en Palestine sous l’empire ottoman car vous ne prenez exclusivement ce qui va dans le sens des palestiniens :
    Les juifs d’Espagne ont fortement immigrés en Palestine à la fin de l’inquisition en 1517 pour rejoindre leurs différents sites de pèlerinage en Palestine ottomane (safed, Naplus, Jérusalem, Hebron, Kfar Cana, Meron etc…). Oui excusez nous d’avoir notre histoire lasbas ! Des le XVIIe siècle les juifs doivent fuir la Palestine car ils se faisaient massacrer et rapiner constamment par les druzes et les bédouins. Leur installation fut impossible. Depuis plus de 600 ans le caveau des patriarches à Hebron (construit par les juifs) étaient interdit aux juifs par les arabes. Ils ne priaient qu en-dehors de l’enceinte. Idem au mur des lamentations qui était hyper réduit et l’esplanade des mosquées interdite aux juifs. Où se trouve votre bon entente que je viens de lire ?
    Durant plus de 300 ans les turcs ont favorisé et autorisés uniquement les peuples musulmans venant du Liban, de Syrie, des Balkans et du caucase à s’installer en Palestine. 200000 arabes ont fuis la famine du Liban et du Houran en 1914 pour s’installer en Palestine sur les 700000 milles arabes fuyant en 1948 c’est énorme. 80% de mortalité infantiles chez les druzes en 1880 réduites a 40% en 1940 grâce aux règles sanitaires des juifs. Mckarty cite un pays extrêmement dépeuplé et quasiment pas cultivé. Posez vous la question comment cela se fait il ? La seule façon de réduire le choléra, la malaria était de cultiver la terre alors les turcs ont fait venir des fellahins du Liban, de Syrie et d’Égypte et ont également profité de l’argent du sionisme et des juifs fraîchement arrivés. Les arabes vivaient dans une pauvreté extrême en 1880. La seule façon d’éliminer les maladies était d’assécher les marécages par la culture. Les juifs et les arabes ont fait ce travail. Mais les arabes de Palestine ne sont pas là depuis beaucoup plus longtemps que les juifs. Et quand vous parlez de Palestine mandataire précisez a vos lecteurs que la Jordanie était dans la Palestine mandataire. Elle n’existait pas. Elle a été inventée par les anglais en 1946. Tout comme le Liban qui a négocié avec les anglais les frontières antiques du Levan. Vous savez je ne fais pas de différences entre un juif qui a fait 5000km pour immigrer en Palestine en 1914 et un arabe qui en a fait 600 pour émigrer lui aussi en Palestine en 1870 juste avant les juifs.