Laissez-les nous aider ! – Dites à Trudeau de laisser les docteurs formés à l’étranger aider avec le coronavirus

FB-Coronavirus-FR.pngLe Canada et le reste du monde se battent pour faire face au coronavirus, avec une pénurie imminente de professionnels qualifiés. Durant des années, CJPMO a demandé au Canada de simplifier les procédés permettant aux professionnels formés à l’étranger de travailler au Canada. Avec le coronavirus, le besoin d’employer plus de médecins est d’autant plus urgent. Des milliers ont signé une pétition demandant au gouvernement d’autoriser les diplômés internationaux en médecine de mettre leurs compétences à profit pour aider durant cette crise. Avec le coronavirus, le besoin d’embaucher plus de médecins est d’autant plus urgent. Il est temps d’aider à la fois les systèmes de soins de santé surchargés du Canada et ces professionnels de la santé désœuvrés !

Dites à Trudeau, à votre député local et aux Collèges des médecins et chirurgiens provinciaux de permettre aux professionnels de la santé formés à l'étranger de nous aider.

Veuillez compléter les champs ci-dessous pour dire à Trudeau, à votre député local et aux Collèges des médecins et chirurgiens provinciaux de permettre aux professionnels de la santé formés à l'étranger de nous aider.

Informations supplémentaires

Les immigrants au Canada sont confrontés à d’énormes obstacles cars leurs diplômes et leurs expériences professionnelles acquis à l’étranger ne sont pas souvent reconnus au Canada. La non-reconnaissance des diplômes et de l'expérience professionnelle étrangers par les associations professionnelles ou les employeurs peut conduire à une sous-utilisation du "capital humain" de nombreux immigrants et peut être décourageante pour les personnes concernées. Bien que le Canada doive maintenir des normes d'accréditation, beaucoup de choses peuvent être faites pour réduire les obstacles et rationaliser les processus.

Par exemple, en 2017, le Comité du patrimoine canadien a proposé que le gouvernement canadien élimine les barrières à l’emploi en élaborant une stratégie nationale d'intégration sur le marché du travail des professionnels formés à l'étranger.

Dans le même ordre d'idées, le Toronto Region Immigrant Employment Council (TRIEC) a recommandé des programmes de transition, des certificats professionnels ou des cours de certification pour réduire les obstacles à l'emploi des professionnels formés à l'étranger.

De même, Emploi et Développement social Canada (EDSC) a recommandé de faciliter l'accès à la formation linguistique, aux programmes de transition professionnelle et aux programmes d'amélioration des compétences des professionnels formés à l'étranger.

En mars, le Collège des médecins et chirurgiens de l’Ontario (CPSO) a invoqué une option législative pour leur permettre d'accorder des licences supervisées à court terme à certains diplômés internationaux en médecine afin qu'ils puissent exercer en Ontario. Mais jusqu'à présent, très peu de ces diplômés ont posé leur candidature, et la législation ne s'applique pas aux infirmières, techniciens et médecins qui ne répondent pas aux critères législatifs. La Colombie-Britannique a annoncé qu'elle pourrait faire quelque chose de similaire.

Il y a quelques semaines, une pétition sur Change.org a été lancée par des diplômés internationaux en médecine vivant au Canada qui demandaient à être autorisés à participer à la lutte contre le coronavirus, et plus de 17 000 Canadiens l’ont signée.

La simplification et la normalisation des processus permettant aux professionnels formés à l'étranger de travailler au Canada est depuis longtemps une initiative politique de CJPMO. Cette question est l'une des 23 questions que CJPMO a soulevées avant les élections de 2019. Bien qu'il faille continuer à maintenir des normes professionnelles élevées au Canada, il est possible de supprimer les obstacles inutiles et les incohérences.

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.