Le plaignant de l’ACIA fait appel de leur décision de continuer à autoriser l’étiquetage trompeur du vin

vin3.pngMontréal, le 8 août 2017 Les Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient (CJPMO) désirent attirer l’attention sur le Dr. David Kattenburg, un résident de Winnipeg qui a déposé des plaintes officielles auprès de la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) et de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA) plus tôt cette année concernant l’étiquetage trompeur des vins produits dans les colonies israéliennes sur les territoires palestiniens occupés (TPO). Dans son combat persistant pour faire respecter à l’ACIA ses propres normes, hier, le Dr. Kattenburg a fait appel de leur décision de continuer à autoriser l’étiquetage trompeur de vins provenant de colonies israéliennes. 

En juillet, l’ACIA a publié une directive visant à interdire l’importation et la vente de tous les vins faussement étiquetés comme « Produit d’Israël ». Toutefois, après avoir été victime de l’énorme pression exercée par les groupes de pression et les organisations pro-israéliennes, l’ACIA est revenue sur sa décision initiale en citant une disposition peu connue de l’Accord de libre-échange Canada-Israël (ALECI), selon laquelle « Israël » est considéré comme le « territoire auquel s’applique la législation douanière d’Israël ». Néanmoins, comme l’a soulignée CJPMO dans le passé, l’ALECI ne prévaut pas sur les lois canadiennes sur l’étiquetage des produits de consommations. En réponse à ces évènements récents, le président de CJPMO, Thomas Woodley, a ajouté : « Les Canadiens s’attendent à des pratiques d’étiquetage honnêtes de la part de leur gouvernement. Cette affaire montre que le gouvernement applique une double norme flagrante à Israël en autorisant ces violations du droit tant international que national. ».

CJPMO constate que cette lutte continue avec l’ACIA est emblématique d’un problème plus général : le Canada est déconnecté du droit international et du consensus sur le conflit israélo-palestinien. CJPMO souligne que la résolution 2334 (décembre 2016) du Conseil de sécurité de l’ONU exigeait que le gouvernement israélien mette fin à toutes activités de colonisation dans les TPO. La résolution conjure en outre les États membres de l’ONU, incluant le Canada, de faire la distinction entre l’État d’Israël et les TPO dans leurs transactions économiques. La volte-face de l’ACIA sur l’étiquetage du vin indique que le gouvernement n’a pas l’intention de se plier aux directives du Conseil de sécurité de l’ONU.

Le recours du Dr. Kattenburg demande à l’ACIA de rétablir sa décision initiale, c’est à dire d’interdire l’importation et la vente de vins produits dans les colonies exclusivement juives illégales dans les TPO. Si son recours échoue, le Dr. Kattenburg a l’intention de poursuivre l’affaire en demandant une révision judiciaire de la décision de l’ACIA devant un tribunal fédéral. Dr. Kattenburg est un scientifique et un éducateur, ainsi que l’enfant de survivants de l’holocauste. Il est prêt à parler à des représentants des médias par l’intermédiaire de son avocat, Dimitri Lascaris, qui peut être joint par courriel à alexander.lascaris@gmail.com ou par téléphone au 519-851-5991.

À propos de CJPMO - Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient (CJPMO) est une organisation séculière, sans but lucratif, regroupant des hommes et des femmes d’horizons divers qui œuvrent pour que la paix et la justice renaissent au Moyen-Orient. Elle a pour vocation de responsabiliser les personnes d’influence à traiter les protagonistes avec équité et à favoriser l’essor durable et équilibré de la région.

Pour plus d’informations, veuillez contacter Miranda Gallo, au 438 380-5410
Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient www.cjpmo.org

Ce communiqué de presse peut être reproduit sans autorisation.

– 30 –

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.