Fiche-info 144, publiée en mars 2012 : Cette fiche d’information revient sur l’exposition présentée par CJPMO : « Regard d’enfant sur Gaza : Une exposition de dessins d’enfants de Gaza ». Le document explique aussi bien ce qui à inspirer une telle exposition, que les mécanismes qui ont fait qu’elle a vu le jour.

Regard d’enfant sur Gaza : Une exposition de dessins d’enfants de Gaza

Série Fiche-info N.144, créée: Mars 2012, Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient
 
Voir la fiche-info en version PDF

144.pngQu’est-ce que Regard d’enfant sur Gaza?

Regard d’enfant sur Gaza[i] est une exposition de 26 dessins réunis par Susan Johnson. Originaire de Philadelphie, Mme Johnson a commencé à militer pour la défense des droits des Palestiniens après s’être rendue en Cisjordanie en 2004 avec un organisme appelé « Women of a Certain Age ». Sur place, le groupe a participé à des manifestations pacifistes dans différents villages, en coordination avec le mouvement palestinien International Solidarity Movement, dont les actions visent à résister à l’apartheid israélien en Palestine.

En mai 2009, quelques mois après l’opération « Plomb durci », offensive militaire israélienne de vingt-deux jours contre Gaza lancée le 27 décembre 2008, Susan s’est rendue à Gaza en compagnie de 13 autres Américains de diverses confessions. En raison du blocus restreignant la libre circulation des biens et des personnes, ils ont dû pour ce faire se munir d’une lettre d’invitation de l’Office de secours et de travaux des Nations Unies (UNRWA). Le principal objectif de la délégation était de rendre compte de la destruction causée par l’assaut israélien et de l’impact de ce dernier sur la vie des enfants. 

145a.jpgDans le cadre du voyage, la délégation s’est rendue dans des hôpitaux, des camps de réfugiés et des écoles. Après une visite déchirante dans une classe de thérapie par l’art, où ils ont vu les œuvres qu’y produisaient les enfants, les membres de la délégation ont pensé qu’une exposition de dessins d’enfants de Gaza serait un moyen sans pareil de sensibiliser le public à la situation critique sévissant à Gaza. À son retour aux États-Unis, Susan a pris le projet en mains et, avec l’aide d’une ONG de San Francisco, Middle East Children’s Alliance (MECA), elle a approché divers centres de Gaza pour leur faire part de son projet.

Pour Mme Johnson, l’exposition devrait aider les gens à voir ce que les enfants de Gaza ont vécu pendant l’opération « Plomb durci » israélienne. Regard d’enfant sur Gaza vise à conscientiser le peuple à l’impact concret, sur les vies humaines, du conflit israélo-palestinien, et à le forcer à revoir son attitude face à celui-ci. L’énoncé de mission de l’exposition est de :  

  • donner aux enfants de Gaza une chance de faire voir leurs talents au reste du monde;
  • d’offrir au public une expérience culturelle et éducative;
  • de conscientiser le public aux réalités de la vie à Gaza et de l’opération « Plomb durci »;
  • de présenter le regard d’un enfant sur Gaza, de décrire ses expériences et ses émotions.

 

Qui sont les enfants ayant participé à Regard d’enfant sur Gaza?

Les enfants qui ont participé au projet viennent de différents milieux : les camps de réfugiés, les quartiers détruits, de  même que les zones qui n’ont pas été touchées par la dévastation de l’opération « Plomb durci ».  Tous les dessins de l’exposition ont été faits par des enfants âgés de 5 à 14 ans. Les auteurs de certains dessins n’ont pu être retrouvés, d’abord parce que de nombreux centres de Gaza ont participé au projet, mais aussi en raison des complications liées à l’exportation des oeuvres.

 

145b.jpgQu’a-t-on demandé aux enfants de dessiner?

On a demandé aux enfants de se pencher sur l’un des trois thèmes suivants : l’offensive israélienne de 22 jours contre Gaza en 2008-2009; la vie à Gaza; leurs espoirs pour l’avenir. Tous les centres participants ont reçu des copies de l’énoncé de mission du projet, une description de l’exposition et des attentes envers les centres, de même qu’une invitation à se joindre au projet.

Bien que de nombreux centres aient souhaité participer au projet, seulement six avaient les fournitures artistiques nécessaires pour le faire et mener l’expérience à terme. Les centres et les écoles de Gaza doivent souvent fonctionner sans fournitures de base telles que papier, stylos et crayons. Ces institutions composent aussi avec des pannes d’électricité fréquentes en raison du blocus illégal d’Israël et de ses restrictions arbitraires. En raison du manque de ressources matérielles, certains centres ont dû user d’imagination, par exemple utiliser le verso de papier ayant déjà servi à une autre activité. Dans un autre centre, les enfants ont dû dessiner à la lueur de chandelles en raison d’une panne d’électricité[ii].  

L’ensemble du processus de coordination avec les centres à Gaza pour la livraison finale des dessins a pris près d’un an en raison des difficultés de communications entre les États-Unis et Gaza et des problèmes logistiques liés au blocus, notamment en ce qui concerne la sortie des dessins du territoire et leur envoi vers les États-Unis.

 

145c.jpgQue montrent les dessins que l’on ne peut pas voir dans des photos?

Les dessins montrent en détail comment les enfants de Gaza sont affectés par le statu quo. Une photo peut transmettre l’ampleur de la destruction et du chaos, mais cet effet est beaucoup plus percutant lorsqu’il ressort du dessin d’un enfant de 10 ans. Chaque dessin reflète la vision d’un enfant de la vie à Gaza et des effets du siège israélien sur son quotidien. Regard d’enfant sur Gaza raconte l’histoire d’enfants qui malgré eux sont témoins d’horreurs, et témoigne de la manière dont ils surmontent cette expérience grâce à l’art. En plus de la mort et de la destruction représentés crûment dans la plupart des images, on compte entre autres thèmes récurrents : des arbres et des soleils en larmes, des écoles et des mosquées, des enfants et des parents vulnérables ou impuissants et des machines de guerre terrifiantes.  « Ils décrivent des émotions à l’état brut, les émotions d’un enfant », dit Mme Johnson. «  Si rien ne change, les enfants de Gaza seront très en colère en vieillissant. Les dessins sont si honnêtes et si évocateurs… Il est difficile de regarder le dessin d’un enfant et de dire qu’il se veut antisémite ou propagandiste[iii]. »

 

Pourquoi CJPMO a-t-elle décidé d’exposer Regard d’enfant sur Gaza?

CJPMO a d’abord entendu parler de l’exposition lorsqu’elle a été présentée par MECA dans un musée pour enfants de San Francisco. CJPMO a perçu cette initiative comme une manière créative de permettre aux jeunes de Gaza de s’exprimer à travers l’art. « L’exposition informe le public sur le conflit israélo-palestinien, mais par l’entremise des expériences et du regard des enfants », dit Thomas Woodley, président de CJPMO. « C’est une façon extraordinaire de sensibiliser de nouveaux auditoires à la tragédie que vivent les Palestiniens de Gaza. » CJPMO s’attend à ce que l’impact de l’exposition sur le public diffère grandement de celui qu’ont les films ou les présentations de conférenciers.

 

Quelles ont été les réactions à l’exposition?

Regard d’enfant sur Gaza a été présentée aux États-Unis au Vermont, au Maine, à Boston, à New York, à Chicago, en Iowa et en Californie, en coordination avec des universités, des bibliothèques, des ONG de défense des droits de la personne, des lieux de culte et des cafés. L’exposition devait être présentée au Museum of Children’s Art d’Oakland en septembre 2011, mais a été annulée à la dernière minute. L’événement était coordonné par MECA, une organisation de défense des droits et du bien-être des enfants au Moyen-Orient. Selon le musée, l’événement a été annulé à la suite de pressions d’organisations pro-israéliennes de la région de la baie de San Francisco, qui l’ont accusée de présenter « une perspective partiale ne tenant compte que d’un seul point de vue, comportant des représentations crues de violence [n’ayant] pas leur place dans un musée communautaire[iv] ». En fin de compte, la censure s’est retournée contre ses auteurs, puisque l’exposition a été présentée dans un autre lieu de la région de San Francisco et a attiré plus de 1000 spectateurs le jour de son ouverture, en partie en raison de la publicité entourant son annulation précédente[v].

À compter de mars 2012, CJPMO amènera Regard d’enfant sur Gaza à travers le Québec et l’Ontario. Pour de plus amples informations, ou si vous aimeriez présenter l’exposition dans votre ville ou dans une institution de votre localité (école, centre communautaire, bibliothèque, etc.), veuillez contacter CJPMO au 438 380-5410 ou à info@cjpme.org.



[i] Adapté du titre original anglais de l’exposition, A Child’s View of Gaza.

[ii]  « A Child’s View from Gaza », Middle East Children’s Alliance, 2012, p. 10.

[iii]  Entrevue avec Susan Johnson, coordonnatrice de ACVG, 2012.

[iv]  « A Child’s View from Gaza », Middle East Children’s Alliance, 2012, p. 68.

[v]  « A Child’s View from Gaza », Middle East Children’s Alliance, 2012, p. 18.

Cliquez sur le(s) tag(s) rouge ci-dessous pour voir les articles reliés de CJPMO

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.