Fiche-info 80, publiée en mai 2010: Cette fiche-info traite de l’Initiative Nationale Palestinienne (INP), une faction politique qui se présente comme alternative au Fatah et au Hamas, et qui a gagné du support dans la société civile palestinienne. Contrairement à la plupart des factions politiques palestiniennes, l’INP n’a pas d’aile armée et pratique la résistance pacifique à l’occupation. Cette fiche info présente également la vie du docteur Mustafa Barghouti, un médecin et un militant palestinien à l’origine de plusieurs institutions et initiatives, incluant l’INP.

Initiative nationale palestinienne et Mustafa Barghouti

Série Fiche-info N.80, créée: Mai 2010, Canadiens pour la Justice et la Paix au Moyen-Orient
 
Voir la fiche-info en version PDF

fs80.pngLa partisanerie, les luttes intestines et la corruption ont terni le paysage politique palestinien. Pourtant, comme pour d’autres nations, ce paysage couvre une diversité de courants et de points de vue sur les enjeux intérieurs, les politiques extérieures et sur la vision de l’avenir. La plupart des médias occidentaux décrivent la scène politique palestinienne selon les deux pôles caricaturaux d’un Fatah « modéré et pro-occidental » et d’un Hamas « violent et extrémiste ». Cette représentation manichéenne est ancrée dans le discours politique israélien et nord-américain, et s’institutionnalise de plus en plus dans la séparation fonctionnelle et politique des Territoires palestiniens occupés entre la Cisjordanie et Gaza. Dans les faits, toutefois, le discours politique palestinien est nuancé, dynamique et engagé – comme en témoignent les alternatives politiques sophistiquées qui émergent malgré les pressions de l’occupation et du népotisme international.

Les Palestiniens s’intéressent-ils à de nouvelles options politiques?  Pourquoi?

Les Accords d’Oslo de 1993 ont donné lieu à la création de l’Autorité palestinienne (AP), une entité politique palestinienne devant former des institutions d’État et représenter la Palestine dans les négociations avec Israël et la communauté internationale. L’AP était initialement dominée par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) dirigée par Yasser Arafat, laquelle est passée d’une organisation essentiellement militaire à une coalition politique, le Fatah. La période subséquente aux Accords d’Oslo a aussi été marquée par la création du Conseil législatif palestinien et du Conseil national palestinien – permettant au peuple palestinien de prendre part à des politiques démocratiques pour la première fois en tant que groupe national cohérent. Le Fatah, qui dominait l’AP, a marginalisé les autres courants politiques: la présidence d’Arafat a toléré une corruption généralisée et les dirigeants de l’AP ont cherché à marginaliser le Conseil législatif et le Conseil national. 

La création de l’AP s’est traduite par une baisse de l’appui populaire de l’OLP et par une érosion de l’influence des forces politiques de gauche. Elle a également coïncidé avec la montée de partis politiques religieux dans une politie nationaliste historiquement séculière. D’autres événements ont aussi contribué à la fracture de la scène politique: l’échec du processus d’Oslo, l’échec d’autres initiatives de paix, l’enracinement du régime israélien d’occupation, les résultats discutables de la deuxième Intifada, et la brutalité de l’agression d’Israël contre Gaza et du siège de 2008-2009.

 

Qu’est-ce que l’Initiative nationale palestinienne?

L’Initiative nationale palestinienne (INP) a publié son premier manifeste en novembre 2000 pour promouvoir une Intifada non violente et non militarisée. L’INP s’est constituée en groupe politique officiel en juin 2002, sous l’égide d’éminents dirigeants, militants et universitaires palestiniens, au nombre desquels se trouvaient Mustafa Barghouti, feu Edward Saïd, feu Haidar Abdel Shafi et Ibrahim Dakkak. Mustafa Barghouti est actuellement secrétaire général de l’INP. 

L’INP s’est imposée comme une alternative au Fatah et au Hamas, elle appelle à une gouvernance démocratique améliorée de l’AP, à l’établissement d’un État palestinien viable selon les frontières pré-1967 reconnues par la communauté internationale, au retrait de toutes les forces israéliennes d’occupation, et à la reconnaissance du droit de retour de tous les réfugiés palestiniens dans leur patrie.  Contrairement à la plupart des factions politiques palestiniennes, l’INP n’a pas d’aile armée et pratique la résistance pacifique à l’occupation – bien qu’elle reconnaisse le droit à la résistance. La stratégie déclarée de l’INP est d’offrir une voix aux Palestiniens que ne se retrouvent ni dans le Fatah ni dans le Hamas. L’INP s’oppose aussi à une AP autocratique. L’INP jouit d’un appui solide des syndicats, des mouvements de femmes et d’autres organismes de la société civile.

 

Qui est Mustafa Barghouti?

Mustafa Barghouti est né à Jérusalem en 1954 et a passé son enfance à Ramallah. Cousin lointain de Marwan Barghouti, chef emprisonné du Fatah, Mustafa Barghouti milite dans la politique palestinienne et dans la résistance depuis la guerre de 1967. Médecin de formation, il a fait ses études à Moscou et a pratiqué en Palestine pendant 18 ans. 

En 1979, le Dr Barghouti a contribué à fonder et à diriger la Palestinian Medical Relief Society (PMRS).  Cet organisme est maintenant l’un des principaux fournisseurs de services de soins de santé primaires dans les territoires palestiniens, et compte un effectif de 380 professionnels de la santé et de 38 000 bénévoles. La PMRS œuvre actuellement dans 495 villes, villages et camps de réfugiés palestiniens et offre, chaque année, une vaste gamme de services de santé à 1,3 million de Palestiniens.

En 1989, le Dr Barghouti a aussi travaillé à fonder le Health, Development, Information and Policy Institute (HDIP). Le HDIP est un groupe de réflexion et un chef de file dans le domaine de la recherche en santé et en politiques publiques. En plus de ses autres fonctions, le HDIP héberge le Palestine Monitor, une source bien connue d’information et de référence sur la sombre réalité de l’occupation israélienne des territoires palestiniens. 

Le Dr Barghouti a milité activement en Palestine durant la première Intifada et a été délégué à la Conférence de Madrid en 1991, conférence issue d’un vaste mouvement de résistance à l’occupation.  C’est un critique résolu des positions de négociation et des concessions faites au cours du processus d’Oslo. 

Mustafa Barghouti souscrit à une forme de résistance non violente à l’occupation israélienne et suscite un intérêt de plus en plus marqué dans la presse internationale et la classe politique occidentale. Il a été emprisonné à maintes reprises par les forces israéliennes et arrêté par les services israéliens de renseignement en raison de ses activités politiques. En 2002, Mustafa Barghouti a participé à la fondation d’Al Mubadara (l’INP). Aux élections palestiniennes nationales de 2005, il a obtenu un peu moins de 20 pour cent du vote populaire, derrière Mahmoud Abbas (60 pour cent) et bien devant tous les autres candidats réunis.

 

Cliquez sur le(s) tag(s) rouge ci-dessous pour voir les articles reliés de CJPMO

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.