CJPMO met au défi le gouvernement de poursuivre son raisonnement absurde contre BDS.

Le 22 février 2016, la Chambre des communes a adopté une motion appelant le gouvernement à « condamner toute tentative de la part d’organismes, de groupes ou de particuliers du Canada de promouvoir le mouvement BDS [Boycott, désinvestissement et sanctions], ici et à l’étranger ». De par le Canada, des groupes de défense des libertés publiques ont condamné la motion comme une atteinte à la liberté d’expression; et ce quel que soit le point de vue que l’on puisse avoir quant à BDS.

Des organisations ainsi que des citoyens lambda soutiennent le mouvement BDS et ses objectifs tels qu’énoncés en 2005 : le boycottage, le désinvestissement et les sanctions à l’encontre d’Israël « jusqu’à ce qu’il applique le Droit International et les Principes Universels des Droits de l’Homme ». Très proches de la position officielle du Canada quant au conflit israélo‑palestinien, les trois objectifs fondamentaux du mouvement BDS sont les suivants :

  • La fin de l’occupation et de la colonisation de toutes les terres arabes et le démantèlement du mur d’Israël;
  • La reconnaissance des droits fondamentaux des citoyens palestiniens d’Israël à une égalité absolue;
  • Le respect, la protection et l’application des droits des réfugiés palestiniens à revenir dans leurs maisons et propriétés comme énoncé dans la résolution 194 de l’ONU.

Ci‑dessous, plusieurs documents et moyens d’action mis en place par CJPMO afin de résister à l’intimidation gouvernementale vis‑à‑vis des militants pro‑BDS!

Ci‑dessous, le décompte égrainant les jours, les heures et les minutes passés depuis que le gouvernement a adopté la motion anti‑BDS sans pour autant passer à l’action. Ce refus d’agir démontre le manque de conviction du Parlement en ce qui a trait au caractère moral et légal de cette motion insultante.

Soyez le premier à commenter

Un email avec un lien pour activer votre compte vient de vous être envoyé.